Chi sono le 18 vittime di Grand Bassam? Francesi, africani, una macedone, una tedesca…I loro nomi

martedì, marzo 15th, 2016

Chi sono le 18 vittime di Grand Bassam in Costa d’Avorio?
Ecco il quadro fatto da Le Monde:

Fiori
Attentat de Grand-Bassam : qui sont les 18 victimes des attaques du 13 mars ?
Par Alexis Adélé (Contributeur Le Monde Afrique, Abidjan)

Le Monde.fr Le 15.03.2016 à 17h52
Au moins 18 personnes dont 15 civils – parmi lesquels quatre Français – et trois éléments des forces spéciales ont perdu la vie sous les balles des terroristes ayant attaqué, le 13 mars, la plage de la station balnéaire de Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire. Qui étaient ces victimes ? Le Monde Afrique publie la liste – pour l’instant incomplète – des noms ainsi que quelques éléments biographiques, quand ils sont disponibles. Cet article a vocation à être complété au fur et à mesure que des compléments d’information nous parviendrons.

Quatre Français

Les victimes françaises sont pour la plupart des personnes installées en Côte d’Ivoire depuis de nombreuses années. A ce stade, on ne connaît pas toutes leurs identités.
Jean-Pierre Arnaud, retraité de 75 ans, s’était établi au bord de la lagune Ebrié depuis plus de trente ans. Sa veuve a témoigné au micro de RTL. Il avait à ses côtés un ami âgé de 78 ans, également décédé.
Un dirigeant d’entreprise informatique, présent dans le pays depuis près de trois décennies, et un homme d’une cinquantaine d’années, prestataire, consultant pour la société Polyconseil, une filiale du groupe Bolloré, ont aussi été identifiés parmi les victimes.

Une Macédonienne, volontaire des Nations unies

Anita Andreevska Mitrovska était une ressortissante macédonienne en service auprès de la mission des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci). L’organisation a annoncé son décès mardi dans un communiqué. Selon la mission, elle était arrivée à Abidjan en décembre 2015 en tant que manager du camp d’Abobo-Anonkouakouté (nord d’Abidjan) et faisait partie de la section Ingénierie du programme des volontaires des Nations unies (VNU).

Une Allemande, directrice de l’institut Goethe

Henrike Grohs, 51 ans, était la directrice de l’Institut Goethe d’Abidjan, qu’elle dirigeait depuis deux ans. L’annonce de son décès a provoqué une onde de choc dans le milieu culturel, où elle était très appréciée. L’établissement a été temporairement fermé mardi.

Un Libanais né en Côte d’Ivoire

Toufic Hayek, 54 ans, était né en Côte d’Ivoire et originaire de Nabatieh, au sud du Liban. Le ministère libanais des affaires étrangères a confirmé son décès dimanche. Cinq Libanais figurent également parmi les blessés, dont un dans un état critique.

Les victimes originaires d’Afrique de l’Ouest

Les autorités ivoiriennes cherchent à identifier l’ensemble des personnes civiles tuées dimanche. La ministre de la solidarité et de la cohésion sociale de Côte d’Ivoire, Mariatou Koné qui s’est rendu lundi à la morgue de Treichville, au sud de la capitale économique du pays, a affirmé « que treize familles ont déjà été entendues et neuf ont identifié les corps de victimes. Le processus se poursuit ».
Pour l’heure, les autorités ont dévoilé les nationalités de six victimes : deux Ivoiriens, deux Burkinabés, un Béninois et un Camerounais. Par ailleurs, des informations non confirmées par les autorités font également cas de la présence d’une personne de nationalité malienne.
Les identités de trois terroristes dévoilées par AQMI

Mardi, Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) a révélé dans un communiqué les noms de trois djihadistes auteurs des attaques de Grand-Bassam. Il s’agit de Hamza Al-Foulani, Abderrahmane Al-Foulani et d’Abderrahmane Al-Ansari. Dans la terminologie djihadiste, le nom « Al-Ansari » désigne des combattants autochtones et le terme « Foulani » désigne les Peuls, une ethnie présente dans une grande partie de l’Afrique de l’Ouest, dont le Burkina Faso.
On ignore toujours le nombre exact d’assaillants ayant participé à l’attaque. Ces hommes, selon le procureur de la République auprès du tribunal de première instance d’Abidjan, Richard Christophe Adou, auraient bénéficié de « complicités internes » qui ont donné « gîtes et couverts aux assaillants » avant l’acte terroriste de dimanche. La justice ivoirienne a donc ouvert une enquête pour « acte de terrorisme ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/03/15/attentat-de-grand-bassam-qui-sont-les-18-victimes-des-attaques-du-13-mars_4883424_3212.html#0M84E5qt4lmS11au.99

tagged under: .

About Paolo Brogi - View all posts by Paolo Brogi

This author has not fill out his/her bio, coming soon.

Follow paolo-admin on:

Lascia una risposta

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *