Si dimette anche un vescovo in Belgio. Dovrebbe essere quello di Bruges

venerdì, 23 Aprile, 2010

Dopo il vescovo irlandese Moriarty e dopo il vescovo tedesco un altro vescovo si dimette, stavolta in Belgio. Annunciata una conferenza stampa del primate belga per oggi. Riprendo la notizia da Bruxelles e dal quotidiano online Le Soir di Bruxelles del 23 aprile:

Preti pedofili, vescovo del Belgio
si dimette «per fatti gravi»

BRUXELLES (23 aprile) – Nuove dimissioni tra i vescovi, dopo quelle di ieri in Irlanda oggi è la volta di un vescovo del Belgio, il cui nome ancora non è stato fatto. Annunciata una conferenza stampa che sarà tenuta dal capo della chiesa cattolica in Belgio, monsignore Andre-Joseph Leonard, assieme ai responsabili della commissione d’inchiesta incaricata di indagare sui casi di pedofilia emersi legati alla Chiesa. Una fonte ha riferito alla Afp che si tratta di un caso di pedofilia e, secondo l’agenzia Belga che cita «buone fonti», all’origine delle dimissioni ci sarebbero «fatti gravi». Le fonti però non hanno precisato se il vescovo in questione si è dimesso perché direttamente colpevole di abusi o perchè ha coperto comportamenti altrui.

da Le Soir:

Selon Belga et Het Laatste Nieuws, il s’agirait de l’évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, 73 ans, mis en cause dans une affaire d’abus sexuel intrafamilial.  

Par Ricardo Gutiérrez et Marc Metdepennningen

Le nom de l’évêque n’a pas été divulgué par les responsables de l’Eglise catholique de Belgique, qui tiendront une conférence de presse ce midi.
Les qualités des trois interlocuteurs qui convoquent la conférence de presse laissent supposer que la démission est intervenue suite à une affaire d’abus sexuel : l’archevêque André Léonard, patron de l’Église catholique, mais aussi l’évêque de Tournai Guy Harpigny, qui est le prélat de tutelle sur la « Commission pour le traitement des plaintes pour abus sexuels dans une relation pastorale », ainsi que le professeur Peter Adriaenssens, président de cette commission.
« Je ne vois que deux hypothèses, commente Tommy Scholtes, directeur de l’agence Cathobel : Soit il s’agit d’un évêque impliqué lui-même dans une affaire d’abus sexuel, soir il s’agit d’un évêque qui a couvert un prêtre agresseur ». Tommy Scholtes dit ne pas en savoir davantage, mais précise que la nouvelle de la démission sera simultanément annoncée par le Vatican, ce vendredi midi. Cependant, déjà dans la nuit, le nom de Roger Vangheluwe, l’évêque de Bruges de 74 ans était cité par l’agence de presse Belga et Het Laatste Nieuws. Pour une affaire d’abus sexuel intrafamilial.
La démission intervient peut-être suite à la confirmation de la condamnation, mercredi, par la Cour d’appel de Bruxelles, de l’abbé Robert Borremans, pour viols et attentats à la pudeur. L’abbé condamné était en fonction sous l’autorité de l’ancien évêque auxiliaire de Bruxelles, Joseph De Kesel, 62 ans.
Le vicariat de Bruxelles avait pris connaissance, dès 1994, des premiers faits reprochés à Robert Borremans. Le 4 décembre 1999, alors qu’il faisait déjà l’objet d’une enquête pour faits de moeurs, il avait présidé la chorale, lors de la cérémonie de mariage du prince Philippe et de la princesse Mathilde, à la cathédrale de Bruxelles. L’abbé avait fini par être déplacé dans une paroisse de Tourcoing, en France, jusqu’en novembre 2006, avant d’être affecté, au sein du vicariat de Bruxelles, à la gestion comptable de 36 paroisses du sud de Bruxelles.
Mercredi, la cour d’appel de Bruxelles condamnait l’abbé Borremans à 5 ans de prison pour viols et attentats à la pudeur sur son filleul. Une décision qui a peut-être incité l’ex-évêque auxiliaire de Bruxelles, Joseph De Kesel (ou son prédécesseur, l’évêque auxiliaire émérite Paul Lanneau, 84 ans), à démissionner. Mais rien ne permet encore de le confirmer.
Le prêtre à la retraite Rick Devillé, initiateur du groupe de travail « Droits de l’homme dans l’Eglise », rappelait, voici deux semaines, que sur 300 plaintes de victimes d’abus commis par des prêtres, en Belgique, entre 1992 et 1998, à peine 15 avaient abouti, suite aux aveux des coupables.« Le prêtre mis en cause a le plus souvent été muté, mais jamais il n’y a eu de sanctions », commentait Rick Devillé, amer : « Très peu d’évêques nous ont aidé ». Dans la majorité des cas, les victimes se sont entendues dire que leur affaire était « malheureusement prescrite », déplorait Rick Devillé, ex-curé de Buizingen (Hal). Dans certains cas, les victimes ont même été poursuivies pour diffamation.
Le pays compte 16 évêques, dont sept à plein titre (Johan Bonny à Anvers, Guy Harpigny à Tournai, Patrick Hoogmartens à Hasselt, Aloys Jousten à Liège, André Léonard à Malines-Bruxelles, Joseph Vangheluwe à Bruges, et Luc Van Looy à Gand), quatre auxiliaires (Joseph De Kesel, Jan De Bie, Pierre Warin et Victor Vancottem) et cinq émérites.
tagged under:

About Paolo Brogi - View all posts by Paolo Brogi

This author has not fill out his/her bio, coming soon.

Follow paolo-admin on: