Prime espulsioni di rom in Francia

martedì, 17 Agosto, 2010

Da Le Monde del 17.8.10:

Brice Hortefeux annonce les premières expulsions de Roms en situation irrégulière

Le ministre de l'intérieur, Brice Hortefeux.
AFP/JEAN-PIERRE CLATOT
Le ministre de l’intérieur, Brice Hortefeux.

Le ministre de l’intérieur, Brice Hortefeux, a annoncé mardi 17 août à Toulon que le premier vol reconduisant des Roms en situation irrégulière dans leurs pays d’origine partirait jeudi 19. Le ministre a également indiqué, lors d’une conférence de presse en compagnie du maire UMP de Toulon, Hubert Falco, que 51 camps illicites avaient été démantelés cet été. “Ce matin (mardi), 84 Roms ont été évacués d’un terrain communal à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis). (…) Dans quelques jours, 150 Roms, dont 80 adultes, devraient être évacués d’un camp à Marseille. En tout, ce sont quelque 700 Roms qui seront raccompagnés dans leur pays d’ici la fin du mois” en avion, a affirmé le ministre. 

Il  ne s’agit pas de stigmatiser une communauté mais de faire respecter la loi”, s’est défendu le ministre de l’intérieur face aux attaques qui viennent des rangs de l’opposition mais également de la majorité.
Selon lui, les vols à destination de la Roumanie et la Bulgarie seront effectués par des “compagnies privées depuis des aéroports publics” et décolleront les 19 et 26 août, un troisième étant prévu pour “fin septembre”.

Le ministre de l’immigration, Eric Besson, a pour sa part précisé mardi sur RTL que la France ne mettrait pas en place de “vols spéciaux” pour reconduire les Roms dans leur pays d’origine, reconnaissant en même temps que les personnes expulsées pourront revenir “puisque c’est la loi”. “Ce ne sont pas des reconduites collectives, mais des reconduites individuelles”, a-t-il dit, soulignant qu’“il n’y pas de vols spéciaux” mais “des vols commerciaux affrétés, comme l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) le fait très régulièrement”. Même si les personnes expulsées ont la possibilité légale de revenir sur le territoire français, “elles ne pourront pas y stationner en situation irrégulière et a fortiori recevoir une aide au retour volontaire”. Cette aide s’élève à 300 euros par personne, majorés de 100 euros par enfant.
“RAFLES”
Pour le ministre, la prochaine mise en place de la biométrie “va justement permettre d’éviter ces aller-retour“. “Ça va permettre de faire en sorte que ceux qui ont déjà perçu l’aide ne puissent pas la recevoir une seconde fois”, a-t-il dit. Le fichier Oscar (outil simplifié de contrôle des aides au retour), créé par un décret le 26 octobre 2009, est déjà actif sous forme de bases de données comprenant l’identité des personnes ayant bénéficié de l’aide au retour. Il sera activé le mois prochain dans sa partie biométrique.
Le ministre a, en outre, réfuté le terme de “rafles”, utilisé par le député UMP Jean-Pierre Grand, proche de Dominique de Villepin, pour dénoncer les expulsions de Roms. “La France ne s’en prend pas aux Roms, contrairement aux bêtises, aux anachronismes (et aux) absurdités”, a-t-il assuré. “J’aimerais beaucoup que le vocabulaire spécifique de la seconde guerre mondiale, avec ce qui a été son atrocité – l’extermination industrielle, systématique des juifs et des Tsiganes – ne soit pas utilisé”, a-t-il réclamé. “Les personnes sont interpellées, leur identité est vérifiée, on leur propose de l’argent pour retourner dans leur pays d’origine : j’aimerais bien qu’on m’explique quel est le lien avec les rafles de la seconde guerre mondiale.”

tagged under:

About Paolo Brogi - View all posts by Paolo Brogi

This author has not fill out his/her bio, coming soon.

Follow paolo-admin on: