Francese via mail chiede una “inflation” a Rachida Dati. Arrestato

venerdì, 29 Ottobre, 2010

Fermato un francese che ha mandato una mail all’ex guardasigilli Rachida Dati. Il reato? Le ha chiesto una “inflation”…Come si ricorderà, la Dati è incorsa in tv in un lapsus imbarazzante scambiando inflation per fellation. Il francese del Drome ha acceso il computer e le ha spedito subito una mail. Conclusione: oltraggio. E arresto. L’articolo su Libération del 29.10.20120. Eccolo:

Société
Il demande une «inflation» à Dati et termine en garde à vue

Maître Ivan Flaud n’en revient toujours pas: son client, un habitant au chômage de Bourg-de-Péage dans la Drôme, a été interpellé la semaine dernière au petit matin chez lui par le SRPJ. Son crime? Avoir envoyé un email à l’ancien garde des Sceaux sur sa messagerie au Parlement européen pour lui demander… une «inflation», référence à son désormais célèbre lapsus sur plateau de Canal+.

«Lorsque l’on m’a appelé pour une garde à vue pour outrages, je m’attendais à voir des jeunes qui avaient insulté des policiers. Sûrement pas à un homme d’une quarantaine d’années, qui avait envoyé un e-mail à Rachida Dati… Il a compris qu’il a fait une erreur mais il est complètement déstabilisé», poursuit son avocat joint par Libération.fr. «Peut-être qu’il n’était pas bien dans sa peau lorsqu’il a écrit ce mail», mais c’est surtout la réaction policière qui le fait bondir. «Lors de la première rencontre je lui ai dis: “ce que vous avez fait n’est pas très malin, mais vous devriez vite sortir”. Il est resté 48 heures en garde à vue! C’est inimaginable! Totalement disproportionné! On marche sur la tête là!» Son appartement a été perquisitionné, et son ordinateur saisi.

Amende et prison ferme

«En plus ce type habite au nord de la Drôme et on l’a emmené à Valence. Il ne mérite pas ce traitement…» Après sa garde à vue, il a été déféré devant le parquet puis présenté au juge des libertés et de la détention qui l’a placé sous contrôle judiciaire. Il comparaitra le 3 décembre pour outrage à personne chargée d’une fonction publique et a interdiction d’approcher la «victime».

Toutefois, pour le procureur de la République de Valence, Antoine Paganelli, il n’y a rien de disproportionné dans cette affaire: «l’outrage est caractérisé dès lors qu’une expression est de nature à rabaisser la considération réservée à une personne publique. En l’espèce, c’est Mme Dati en tant que député européen, qui est visée à travers sa messagerie». Et Maître Flaud de rappeler que «notre président de la République n’a pas été poursuivi après ses propos au salon de l’agriculture [où il avait laché un “Casse toi pauvre con” très remarqué, NDLR]»… L’homme risque jusqu’à six mois de prison ferme et 7.500€ d’amende.

tagged under:

About Paolo Brogi - View all posts by Paolo Brogi

This author has not fill out his/her bio, coming soon.

Follow paolo-admin on: