Al Jazeera: 23 morti in Tunisia nella rivolta del pane. Brucia l’Algeria

domenica, 9 Gennaio, 2011

Dagli otto ai 20 morti in Tunisia (Al Jazeera parla di 20 e le Monde di 23), la rivolta del pane è riesplosa anche a Tala e Kesserine, nel centro del paese. Ormai il Maghreb è in piena rivolta.

Mentre continuano gli scontri in Algeria, riesplode la Tunisia. Molti morti nella regione centro-orientale del Paese.  E continuano anche le immolazioni: sabato un altro ambulante si è dato fuoco a Sidi Bouzid. E’ Moncef Ben K., 50 anni, sposato e padre di famiglia, si è cosparso di benzina nel mercato della città. Il venditore è stato portato via in ambulanza e le sue condizioni sono gravi. Intanto altri quattro dimostranti sono  rimasti feriti in scontri con le forze dell’ordine a Regueb, località a 210 chilometri ad ovest di Tunisi.

Scrive Le Monde: Pour l’heure, Le Monde a pu recueillir l’identité de vingt-trois personnes tuées par balles à Thala, Ragueb et Kessarine. Mais le bilan pourrait s’alourdir. “J’ai pu visité l’hôpital de Kasserine, j’ai vu beaucoup de blessés, et aussi des morts, mais je suis incapable de donner le nombre”, déclare Chabari Mezi, un instituteur syndicaliste, bouleversé, joint par téléphone dimanche après-midi.

Selon des témoignages sur place, les quatre autres personnes été tuées à Regueb sont une femme de 26 ans, Manel Bouallagui, et trois hommes : Raouf Kaboussi, 33 ans, Mohamed Jabbeli, 22 ans, et Nizar Slimi“.

Tunisia, il quadro fornito domenica da Al Jazeera:

At least 20 people have been killed in clashes with police in a two cities in Tunisia.Six people were killed and another six wounded in the city of Tala, 200km southwest of the capital Tunis, on Saturday, after security forces opened fire on protesters.Another 14 people were killed in similar clashes in the Kasserine region, union sources told Al Jazeera.

Belgacem Sayhi, a teacher and trade union activist, told the AFP news agency that the victims in Tala were between 17 and 30 years old, and were killed when the police opened fire on the crowd.The government has put the death toll after the Tala riots at two.

“The police opened fire in legitimate self-defence and this led to two dead and eight wounded, as well as several wounded among police, three of them seriously,” a government statement said.An employee at a hospital in Tala told Reuters that several people had been admitted to the hospital after the clashes, and other witnesses said that six people who were in critical condition have been moved to the regional capital, Kasserine.

Police attacked

Witnesses said police fired their weapons after using water cannons to try to disperse a crowd which had set fire to a government building. The crowd has also thrown stones and petrol bombs at police.

There had already been unrest in Tala on Friday, with protesters attacking a bank and official buildings, and setting them on fire, Sadok Mahmoudi, a union leader, told AFP news agency.

French police confirmed that a “small explosion” occured at the Tunisian consulate in a Paris suburb early on Sunday morning. he blast took place at the consulate in Pantin, and caused “minor damage to the consulates metal shutters”, police said.

Raouf Najar, Tunisia’s ambassador to France, said in a statement: “The disinformation these past few days on what is happening in Tunisia is such that anything is possible, even this terrorist act.”

The consulate reopened for business later on Sunday morning, with a police guard posted outside.

On Saturday, troops were deployed to the area for the first time since the start of the recent wave of unrest which has been in protest at high levels of youth unemployment.

The soldiers were assigned to protect public buildings, said Mahmoudi.

Protests sparked by high youth unemployment have spread from the central town of Sidi Bouzid to other parts chiefly in the north African country’s interior, which lags behind the more prosperous coastal areas.

Union protest

On Saturday, the Tunisian General Union of Labour (UGTT), the country’s main union, condemned the authorities for their heavy-handed response to protestors.

Several hundred UGTT members gathered in Tunis to observe a minute’s silence for those who have died since protests began.

“We support the demands of the people in Sidi Bouzid and interior regions,” said Abid Brigui, deputy general secretary of the union, which is considered to be close to the government.

Last week, a 26-year-old Tunisian man who set off a wave of protests after attempting to commit suicide by setting himself on fire last month died of third-degree burns in hospital.

Zine al Abidine Ben Ali , the Tunisian president, has said the violent protests are unacceptable and could harm the country’s interests by discouraging investors and tourists who provide a large part of the country’s revenues.

Protests traditionally have been rare in Tunisia, which has had only two presidents since independence from France 55 years ago.

The country has in the past been praised by Western allies as a model of stability and prosperity in the Arab world.

Tunisia, riepilogo:


Tunisia, è stato un sabato di morte: dopo l’assalto a una banca e ad alcuni edifici pubblici, per la prima volta a Tala erano stati schierati i militari. Belgacem Sayhi, un sindacalista del comparto scuola, ha raccontato all’agenzia France Presse che nel centro della città la polizia ha aperto il fuoco sui manifestanti. Tre i morti accertati:  Thala: Marwane Jomni, 20 anni, Ahmed Boulaabi, 30 anni, Mohamed Omri, 17 anni et Nouri Boulaabi, 30 anni.  Tra i feriti, sei sono in gravissime condizioni e sono stati trasferiti in un ospedale di Kasserine, il capoluogo della regione.  A Kesserine altri morti, quelli accertati sono Raouf Bouzid, Mohamed Amine Mbarki e Rabah Nasri, come ha indicato Sadok Mahmoudi, membro dell’esecjutivo del sindacato regionale de Kasserine. In altri scontri, a Ennour, è stato ucciso un ragazzino di 12 anni.

Dal 17 dicembre. La rivolta contro il carovita  e la disoccupazione è iniziata il 17 dicembre dopo che un laureato in informatica, di 26 anni, si era dato fuoco a Sidi Bouzid per protestare contro la polizia che gli aveva sequestrato la merce di un carretro da ambulante di frutta e verdura, attività intrapresa in attesa di tempi migliori. Il giovane è poi morto il 4 gennaio.

Il gesto di disperazione del giovane aveva dato il via a un’ondata di contestazioni e di manifestazioni contro la disoccupazione e il carovita. Quattro dimostranti sono rimasti feriti in scontri con le forze dell’ordine a Rgeb.

Distrutta targa tunisina a Parigi – A metal gate at the Tunisian consulate in the French capital Paris was destroyed early Sunday in what the ambassador called a terrorist act, as clashes between demonstrators in police in the usually dissent-free African country reportedly turned deadly.

La rivolta in Algeria

Questo il quadro intanto in Algeria (fonte El Watan): scontri sabato notte a Bouira, 70 feriti tra le forze dell’ordine. Altri disordini notturni a Debdaba e Béchar Djédid. Nel pomeriggio gli scontri invece avevano interessato Bab Djiad, Sidi Saïd, Haï Ezzitoune e  Tlemcen. Anche Maghnia è stata interessata dai disordini. Almeno 27 feriti in Cabila, a Tizi Ouzou: nella regione scontri anche a Ain El Hammam e a Draâ Ben Khedda.  Scontri anche ad Annaba e nei sobborghi della città più vicina alla Tunisia. A Tiaret morto un giovane durante la razzia al negozio di suo padre. Il bilasncio dei morti è di 3 vittime: Azzedine Lebza di 18 anni ad Ain Lahdjel, Akriche Abdelfattah di 32 anni a Bou Smail, un terzo rinvenuto cadavere in un albergo messo a fuoco.

Bouira: les violents affrontements ayant opposé les émeutiers aux forces de l’ordre dans la nuit de samedi à dimanche, ont fait au moins 70 blessés du côté des éléments la police.

C’est ce que nous avons appris aujourd’hui d’une source hospitalière. Concernant les civils, la même source a avancé un chiffre dépassant la cinquantaine de blessés admis dans le service des urgences de l’hôpital Mohamed Boudiaf de Bouira.

Notons que durant la nuit du vendredi dernier, 27 policiers avaient été blessés lors des heurts éclatés dans plusieurs endroits du chef lieu de wilaya.

Hier, vers 20 heures, alors que l’on croyait la ville de Béchar épargnée par les émeutes qui sévissent dans les agglomérations du Nord, de jeunes manifestants, dont l’âge se situe entre 20 et 25 ans, sont sortis dans les rues et s’en sont pris aux établissements publics.

Régions Ouest Actu Ouest

Béchar : Dégâts dans les quartiers nord

Ils se sont scindés en trois groupes dans les quartiers populeux de Debdaba, Béchar Djédid et à la cité 600 logements pour mener des opérations de saccages contre les biens symbolisant l’Etat. Les affrontements avec les brigades antiémeutes qui ont utilisé des bombes lacrymogènes. Ainsi, l’entrée principale du siège de l’OPGI sur la route de Béchar Djédid, une école primaire, l’antenne de Sonelgaz ont été saccagés,  l’Agence postale de Béchar Djédid calcinée avec ses équipements. À Débdaba, l’agence de la BNA sur l’avenue Emir Abdelkader a été détruite et ses équipements jetés à même le sol. Plaques de signalisation et candélabres neufs arrachés, routes barrées par de grosses pierres jonchant le sol, débris, gravats et traces de pneus calcinés bloquent les artères sur la même avenue.

Spectacle identique sur le pont de circulation de l’oued de Béchar bloqué. Une tentative d’introduction au parc des autocars de la nouvelle unité de transport urbaine par des émeutiers a été repoussée par la force publique. À proximité, l’entrée du nouveau siège de la TDA a été fracassée et des débris de verre éparpillés par terre. A la cité 600 logements, des actes de vandalisme commis par les manifestants ont touché des pylônes d’éclairage publics arrachés. À l’issue des affrontements, on compte une dizaine de policiers légèrement blessés dont un évacué aux urgences. Côté manifestants, une vingtaine d’arrestations ont été opérées.

Bab Djiad, Sidi Saïd, Haï Ezzitoune et la placette de Tlemcen se sont brutalement soulevés, hier en début d’après-midi.

Près de 500 jeunes, armés de pierres, ont investi les lieux avec des slogans hostiles au pouvoir. En fait, les revendications sont sociales et il n’était pas uniquement question de cherté de la vie, mais aussi de rejet de l’injustice, du piston et du clientélisme. L’arrivée des forces de l’ordre en masse a provoqué des affrontements. Déjà, la veille, des jeunes de la cité des Oliviers à Chetouane avaient tenu tête aux policiers de 22 h à 2 h du matin. Pour disperser les émeutiers acharnés, les forces de sécurité ont fait usage de bombes lacrymogènes. Et, pour contrer tout éventuel effet d’entraînement, les éléments d’intervention rapide ont bouclé tous les points stratégiques de la ville. Devant cette situation de peur et de panique, les commerces ont baissé rideau.

À Maghnia, dès le matin, une crise aiguë de pain suscitait des commentaires qui présageaient d’un début de journée incertain. Les commerçants ont fermé boutique dès 14 h 30. Des informations faisaient état que des jeunes de Hamri, en transe, tentaient d’investir le centre ville. Et, tout d’un coup, ce sont tous les quartiers Brigui, Cité Cadi, DNC qui se sont vidés. Des parents paniqués couraient dans tous les sens pour chercher leurs enfants. À l’heure qu’il est, Maghnia ressemble à une cité apocalyptique. Ce que nous réserve le reste de la journée ne sera pas ordinaire.

Des dizaines de blessés lors des affrontements à Tizi Ouzou

Pas moins de 27 blessés ont été enregistrés dans les rangs des manifestants, au cours de ces dernières 48 heures, qui ont suivi le déclenchement des émeutes dans la wilaya de Tizi Ouzou, selon des sources dignes de foi. Trois d’entre eux ont été grièvement blessés.

Les forces de l’ordre, de leur coté, dénombrent 21 blessés légers parmi les agents de police. Au troisième jour des manifestations, les affrontements ont redoublé d’intensité. Les émeutes qui ont  eu comme point de départ le quartier les Genêts, jeudi, se sont propagées à plusieurs quartiers et à d’autres localités de la wilaya.

Des affrontements ont éclaté dans la ville d’Ain El Hammam, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, ou les manifestants ont mis le feu à l’agence bancaire BDL (banque de développement local).

Dans la même journée, le siège d’Algérie Telecom et la caisse national des assurances sociales ont été également pris d’assaut. En plus des dommages occasionnés à l’édifice, le matériel informatique de la CNAS a été pillé.

À Draâ Ben Khedda (10 km à l’ouest de Tizi Ouzou), c’est l’agence de la BNA qui a été la cible des jeunes manifestants en furie. Les manifestants s’en sont pris au siège de la sûreté urbaine de Tadmaït dans la nuit de vendredi.

Assassinat d’un jeune en marge d’une razzia dans un débit de boissons alcoolisées à Tiaret

Un jeune de 35 ans est mort hier soir atteint d’une balle d’un révolver au niveau de la rue de la résistance (ex  rue Clauzel) devant le magasin de son père, un débit de boissons alcoolisées.

Le décès de la victime est intervenu dans la mêlée qui a suivie la razzia effectué dans le magasin. L’agresseur, un jeune voisin de 25 ans a usé de l’arme du père de la victime. Celui-ci est venu avec son  arme pour tenter de dégager les pillards. L’assassin s’est constitué prisonnier, quelques moments après son acte fatal.

La rue de la résistance qui surplombe l’une des artères les plus commerçantes de Tiaret, la rue Emir Abdelkader a connue des scènes hystériques ou l’on voyait des jeunes se saouler  et se divertir  alors que les services de sécurité se démenaient pour secourir l’université et autres lieux publics ciblés.

Quelques deux cent jeunes ont été interpellés hier alors que des actes de violences de moindre intensité venaient d’éclater dans d’autres communes de la wilaya. Une vingtaine sera présentée vraisemblablement  aujourd’hui dimanche 09 janvier devant la justice.

L’analisi di El Watan, nello scenario di Algeri dove ieri non si sono registrati nuovi scontri: un profondo malessere sociale e pochi slogan. Il giornale chiama in causa la classe media.

Un profond malaise social et peu de slogans

Les classes moyennes et la classe politique pour relayer les émeutes

Alger, samedi matin. Lendemain d’un week-end particulièrement houleux à la suite des émeutes qui ont ébranlé tout le pays, la capitale en premier. Retour sur les traces de pneus brûlés et des magasins défoncés, à Bab El Oued, Oued Ouchayeh, Bachjarah, El Harrach et autre Bordj El Kiffan, pour ne citer que ces quartiers. Pour prendre le pouls de la rue, voir où en est ce fulgurant souffle juvénile.

Un calme précaire semble régner, souverain, sur la ville. C’est vrai que c’est le prolongement du week-end. Mais Alger semble nettement moins animée que d’habitude. En témoignent les commerces qui ont baissé rideau sur certaines artères, par prudence. Les services de voirie ont été mobilisés au pas de charge pour effacer les stigmates des émeutes. Ici, on s’affaire à racler les traces des pneus ; là, on s’échine à remplacer des panneaux de signalisation routière saccagés. Devant certaines boulangeries, à Bab El Oued et ailleurs, c’est la queue pour une baguette de pain. Devant certaines stations d’essence aussi.
La ville reprend son souffle. Les gens, leurs esprits. Quelques colonnes de fumée s’élèvent dans le ciel, à l’autre bout de la baie. Mais rien de spectaculaire.
Nous essayons surtout de lire dans ces jacqueries le sens qu’elles se sont donné. Nous tentons d’en déceler les slogans, les mots d’ordre arborés, les pancartes brandies. Octobre 1988 avait son fameux «Bab El Oued Echouhada». Les émeutes du printemps noir leur «pouvoir assassin» et le tonitruant «Ulac smah ulah» (pas de pardon).
Les manifs des démocrates au début des années 1990 leur fougueux «Djazaïr horra dimocratia» (Algérie libre et démocratique). Qu’en est-il de la révolte de janvier 2011 ? Le thème de la cherté de la vie semble revenir comme un leitmotiv pour expliquer ces émeutes et leur donner du contenu, que résume parfaitement ce slogan qui a été scandé : «Rahoum zadou fezzit ouessokar, echaâb rahou habet ikassar !» (Ils ont augmenté l’huile et le sucre, le peuple est décidé à en découdre). Pourtant, cela ne semble pas faire consensus. Nombre de citoyens interrogés, qu’ils soient acteurs de ces soulèvements ou simples observateurs, estiment que la majorité des insurgés ont jailli spontanément, les uns poussés effectivement par le ras-le-bol, la misère sociale et la mal vie, d’autres agissant par mimétisme. Mais pas de tract, ni de banderole, ni de pancarte, ni de charte écrite. Devant le lycée Okba, à Bab El Oued, des jeunes s’amusent à placarder des affichettes sur un mur. Renseignement pris, il s’avère que cela n’a rien à voir avec les émeutes. C’est juste pour annoncer l’ouverture d’une nouvelle école de formation privée. Indice révélateur à ce propos : nous avons essayé de trouver trace de quelques graffitis sur les murs des quartiers d’Alger récemment embrasés. Il n’y en avait que pour «el harga», Italia, le Mouloudia et l’USMA, mais aucun mot sur les récentes manifs. Quand on sait l’importance des murs comme supports d’expression, on peut mesurer le «blanc» laissé par ce soulèvement en termes de contenus.
Rétrospectivement, on se souvient que même Octobre 1988, sur la foi de nombreux témoignages, n’avait pas immédiatement brandi de revendications politiques. Il a fallu puiser dans l’immense réservoir des luttes sociales et politiques qui ont jalonné les années 1980, depuis le printemps berbère, pour donner un contenu politique à Octobre 1988 et l’habiller d’une plateforme de revendications. Celle-ci trouvait son ancrage dans les traditions militantes héritées du MCB, du FFS, du PAGS, de la LADDH et autres sigles de la mouvance démocratique tapie dans la clandestinité. «Aujourd’hui, quand on voit l’état de l’université, on mesure la régression et l’appauvrissement du terreau politique alors que dans les années 1980, l’université connaissait une effervescence militante exceptionnelle qui a alimenté Octobre 1988», analyse un enseignant rencontré à Bab El Oued. Pour lui, il serait présomptueux, voire démagogique, de prêter au mouvement actuel des revendications «sophistiquées».
à la recherche de la société civile
Selon lui, même les raisons avancées, centrées autour de «la cherté de la vie» ont été ajoutées après coup. «C’est vrai que la cherté de la vie est insoutenable. Mais les jeunes manifestants, eux, n’ont rien dit de tel. C’est vous, la  presse, qui avez inventé ces slogans.» Et un de ses collègues de renchérir : «Cela nécessite un profond travail d’encadrement mettant à contribution tout un tissu d’associations, de partis politiques et de syndicats.» Un troisième de faire remarquer : «On ne dit pas que ce mouvement n’est pas légitime. Simplement, nous ne sommes pas d’accord avec la manière.» Et son acolyte de lancer : «Nous, nous sommes dans un syndicat d’enseignants et nous militons pour nos droits par ce canal. Nous avons de petits acquis, mais nous préférons la voie pacifique traditionnelle. Il faut revenir à ces canaux de lutte qui sont le baromètre d’une société civile forte.» Justement, et c’est là que le bât blesse, le verrouillage du champ politique, associatif et syndical rendant problématique toute action citoyenne «encadrée» et «canalisée», le recours à la violence à l’état brut devient presque une fatalité. Interrogé sur ses propres attentes de ce mouvement, un jeune, dans les 18 ans, qui a pris part aux émeutes de Bab El Oued, témoigne : «Moi je vous le dis franchement, ce qui nous fait agir, c’est l’attitude de la police. Hier, un groupe de flics en civil sont venus ici et on les a chassés.» Le jeune évoque au passage le cas de certains «pilleurs professionnels» qui «profitent de la situation pour racketter les gens et vider les magasins». Mais l’on aurait évidemment tort de généraliser en réduisant cette lame de fond à un autre «chahut de gamins».  Si le séisme social qui vient d’ébranler la maison Algérie a été brut, spontané et radical dans son expression, un cri sourdant du plus profond de l’injustice sociale qui accable la population, ne s’embarrassant pas trop des discours et des formules de rhétorique, force est de constater que trois jours après la tempête, des voix commencent à s’élever pour injecter des idées, des revendications écrites, du contenu politique à l’intérieur de ce magma de colère. Jusqu’ici, les classes moyennes semblaient se conduire en spectatrices.
Peut-être que cette semaine sera annonciatrice d’une nouvelle phase dans le mouvement… ou que l’heure sera à la capitalisation citoyenne de ce tsunami.
Des initiatives citoyennes sont d’ores et déjà en train d’être lancées dans ce sens. C’est ainsi que le Comité citoyen intercommunal de Aïn Benian-Staouéli vient d’être créé pour accompagner ce souffle. Sous le titre «Pour une alternative citoyenne et populaire», un premier communiqué de ce comité vient d’être rendu public sur facebook. «La rage de notre jeunesse exprime le ras-le-bol de tout un peuple à qui le pouvoir n’a laissé que la harga, la zatla et le suicide», s’indignent les rédacteurs du communiqué, avant d’appeler à un rassemblement pacifique ce dimanche à 16h, sur la place des Dauphins à Staouéli. «Certains font la morale aux jeunes manifestants en les traitant de casseurs et de voyous. Pourquoi tous ces augustes citoyens ne descendent-ils pas dans la rue pour montrer l’exemple ?», lâche un membre du comité de Aïn Benian.
Les classes moyennes et la classe politique savent, désormais, ce qu’ils ont à faire s’ils veulent transformer cet hiver impétueux en printemps démocratique…

tagged under:

About Paolo Brogi - View all posts by Paolo Brogi

This author has not fill out his/her bio, coming soon.

Follow paolo-admin on: