Algeri, El Watan: 40 mila agenti contro l’opposizione in piazza I Maggio. Scontri

sabato, 12 Febbraio, 2011

Quarantamila poliziotti mobilitati ad Algeri dal regime per fronteggiare questa mattina la protesta dell’opposizione. In piazza primo maggio primi scontri e arresti ad Algeri. La polizia ha caricato gruppi di manifestanti e ha arrestato alcuni membri del coordinamento della grande manifestazione di oggi, altri sono stati malmenati. Fra le persone fermate ci sono molte donne, precisa il quotidiano algerino El Watan che aggiorna continuamente il suo sito. Molti fermi sono stati compiuti nel centro di Algeri dove stanno confluendo i manifestanti, nonostante il divieto delle autorità. Lo ha constatato l’Ansa in piazza Primo Maggio della capitale algerina. Uno schieramento imponente di forze dell’ordine presidia il centro della città per quella che da molti è stata definita come la «giornata della svolta».

Sindacati, partiti d’opposizione e associazioni, hanno lanciato un appello a manifestare per reclamare «democrazia e libertà» ma anche «un cambiamento del regime». Nel frattempo alcuni drappelli di giovani violenti, che scandiscono slogan pro-Bouteflika (il presidente algerino, ndr) fanno incursioni contro i manifestanti, sotto lo sguardo della polizia, che non interviene. Circa 500 manifestanti, in maggioranza giovani, si sono disposti a protezione dei leader dell’opposizione Bouchachi, Ali Yahia Abdenour, Said Sadi, nei pressi della stazione di taxi situata alle spalle del Ministero della gioventù. I poliziotti continuano a circondare i manifestanti, mentre altre persone affluiscono verso il luogo del concentramento, in Piazza primo maggio.

Sul suo sito El Watan dà conto anche dell’ingente dispositivo di sicurezza messo in campo: 40 mila agenti.

Les autorités publiques ont intensifié les mesures de sécurité, dans la Capitale, en prévision de la marche qu’organise la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD).

Les services du Premier ministre ont appelé les services de  sécurité à renforcer le contrôle et la surveillance des institutions officielles  ainsi que les établissements  publics et privés en vue d’éviter d’éventuels dépassement, des actes de vol et de destruction. Selon des sources sécuritaires, des renforts de sécurité ont été mobilisés, vendredi, à Alger portant l’effectif des policiers à 40 000 dispatchés dans les points les plus sensibles dans le but d’assurer efficacement la  protection et de l’ordre public. La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a mis en place un dispositif sécuritaire énorme. Elle a divisé ses éléments en trois (3) groupes, accomplissant leur mission  à tour de rôle. Ces mêmes sources ont ajouté que Abdelghani Hamel, le DGSN a donné, vendredi matin, des instructions à toutes ses unités qui se trouvent sur tout le territoire national notamment celles de la Capitale de rester à leurs postes de travail et reporter leurs congés, le repos hebdomadaire  ainsi que les journées de récupération et ce après avoir relevé  l’état d’alerte  au niveau 2. Il a également ordonné à ses éléments de ne pas recourir à des tirs avec  des balles réelles quelle que soit la situation. Néanmoins, il leur a donné le feu vert d’utiliser les gaz lacrymogènes et de l’eau chaude en cas de nécessité ou de dépassement. Pour rappel, la DGSN a formé une cellule de crise chargée de surveiller et des suivre les événements et le développement de la marche qu’organisent la CNCD, des associations, des partis politiques, des syndicats,etc. Cette cellule aura pour mission d’établir des rapports sur les événements et d’enregistrer toute nouveauté ou développement sur cette marche et puis seront remis au premier responsable du secteur. Dans le même sillage, des barrages sécuritaires ont été installés depuis la fin de la semaine dernière au niveau des gares ferroviaires, routières dans toutes les wilayas notamment celles d’Alger,Tizi Ouzou,Boumerdès,Blida et Bouira. D’ailleurs, des policiers en civil ont, également, été mobilisés et des opérations de perquisition seront effectuées dans les quartiers populaires d’Alger. La Gendarmerie nationale a, de son côté,  mobilisé tous ses éléments au niveau de toutes les voies d’accès de la Capitale, en faisant des rondes sur les axes qui mènent à Alger. Les unités de la sécurité routière  ont également renforcé la fouille des véhicules depuis et vers Alger. Soulignons, enfin, que les gardes frontières ont renforcé la sécurité de nos frontières afin de faire face à d’éventuels actes des contrebandiers profitant de cette occasion. La Gendarmerie nationale a mis en place deux hélicoptères assurant la couverture aérienne  et le contrôle de cet événement..

tagged under:

About Paolo Brogi - View all posts by Paolo Brogi

This author has not fill out his/her bio, coming soon.

Follow paolo-admin on: