Zurigo, gli elettori dicono sì al mantenimento del “suicidio assistito per stranieri non residenti”

domenica, 15 Maggio, 2011

Svizzera, nessun passo indietro sul fronte del diritto ad avere un “suicidio assistito” degli stranieri non residenti. Gli elettori di Zurigo respingono due richieste dei  partiti conservatori. Da Le Monde del 15.5.2011:

Les électeurs du canton de Zurich pour le maintien de l’aide au suicide des

étrangers non-résidents

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 15.05.11 | 15h46  •  Mis à jour le 15.05.11 | 22h09

Les électeurs du canton de Zurich se sont exprimés, dimanche, à une large majorité pour le maintien de l’aide au suicide, aussi pour des étrangers non-résidents en Suisse, alors que plusieurs partis avaient milité contre “le tourisme de la mort”. Les deux initiatives populaires contre l’aide au suicide présentées par les partis conservateurs de l’Union démocratique fédérale (UDF) et du Parti évangélique (PEV) ont été balayées par les électeurs zurichois, canton le plus peuplé de Suisse et qui a régulièrement accueilli ces dernières années des étrangers voulant mettre fin à leur existence.

La première motion contre le “tourisme de la mort”, visant à imposer une obligation de résidence d’au moins un an dans le canton aux personnes étrangères voulant bénéficier de l’aide au suicide, a été rejetée à 199 143 voix contre 53 673 pour, selon les résultats préliminaires. La seconde initiative lancée par les deux partis, visant à demander une interdiction au niveau national de l’aide au suicide, a également été largement rejetée par les électeurs zurichois par 208 696 voix, alors que 37 871 électeurs s’étaient exprimés en faveur de ce texte.

“Le droit de mourir est une affaire privée, qui ne concerne ni l’Etat et encore moins l’Eglise”, a réagi le vice-président de l’association d’aide au suicide Exit, Bernhard Sutter. “Il s’agit d’un signe clair de Zurich et correspond à la tradition humanitaire de la Suisse de venir en aide aux autres”, a-t-il dit. A la différence de l’association Dignitas, qui assiste également des étrangers non-résidents, Exit ne soutient que des résidents suisses. “Nous sommes une organisation responsable et devons effectuer des vérifications, lire le dossier médical. Cela n’est pas possible lorsque les gens ne se trouvent pas en Suisse”, a plaidé M. Sutter.

L’association Dignitas et son fondateur controversé Ludwig Minelli ont proposé ces dix dernières années à plus de 1 000 étrangers, principalement des personnes en phase terminale d’une maladie, de profiter d’une législation suisse autorisant l’aide au suicide sous certaines conditions. La réglementation autorise l’assistance au suicide lorsque celle-ci ne se fonde pas sur un mobile “égoïste”. Cette aide ne peut être apportée que de façon passive en procurant par exemple les médicaments permettant à une personne de mettre fin à ses jours. L’assistance active — aider une personne à prendre ou administrer un produit — est interdite. Selon les chiffres fournis par Dignitas, l’organisation avait accompagné fin 2010 au total 1 138 personnes, dont 592 en provenance d’Allemagne, 102 de France, 118 de Suisse, 19 d’Italie, 18 des Etats-Unis et 16 d’Espagne. Selon M. Sutter, “les pays européens doivent prendre eux-mêmes leurs problèmes en main (et) l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni doivent faire des efforts”. “La Suisse ne doit pas se laisser intimider” par ces pays, a-t-il souligné.

tagged under:

About Paolo Brogi - View all posts by Paolo Brogi

This author has not fill out his/her bio, coming soon.

Follow paolo-admin on: